Performance économique

Fiscalité

Les taxes du transport aérien.

Ajouter ma contribution
  • Kérosène, TVA, 0 TAXES !!

    CBARBE - 14 Septembre 2018 - 11h31

    Zéro taxes sur le Kérosène, pas de TVA sur les billets d'avion internationaux , pourquoi ce mode de transport hyper polluant ( Zéro filtre moteur) est-il le seul exonéré des taxes que payent les automobilistes, les transporteurs routiers, la SNCF pour la TVA ( dont l'empreinte carbone n'est pas comparable). Pourquoi de tels privilèges ?
    Le trafic aérien se développe en effet grâce à une fiscalité tout à fait injuste par rapport aux autres modes de transport sans parler des nombreuses subventions aux compagnies et aéroports.

  • Le régime de faveur injustifié doit cesser

    Catherine - 13 Septembre 2018 - 21h44

    La croissance de l’aviation doit être remise en cause. L’avion permet des contacts humains utiles, mais elle est réservée à une partie de la population suffisamment riche pour l’utiliser. Ceux qui volent souvent le font en dégradant l’atmosphère pour tous. Si l’on veut préserver le climat, il n’est pas possible de généraliser ce mode de vie. Les travaux menés par Paul Peeters de l’université de Breda (Pays Bas) montrent que l’on ne peut pas respecter l’accord de Paris en continuant d’augmenter ainsi le transport aérien.
    Il faut assumer que les déplacements massifs par transport aérien ne sont pas soutenables, et cesser d’offrir à ce mode un régime de faveur qui ne se justifie pas. En particulier il faut l’intégrer dans l’accord de Paris et taxer le kérozène comme les autres carburants.

  • Réorienter certaines taxes vers des redevances visant à réduire l'impact environnemental

    France Nature Environnement - 24 Août 2018 - 12h55

    La réorientation (au moins partielle) de certaines taxes vers des redevances permettrait de contribuer à réaliser des actions qui réduirait les impacts de l'aérien. Ainsi, l'on pourrait :
    - évaluer les expériences menées par nos voisins ;
    - faire des simulations objectives pour une taxe de solidarité mieux calibrée et en partie réorientée vers les enjeux environnement ;
    - contrôler l'usage de la taxe aéroport pour qu'elle ne conduise pas seulement à des surenchères de travaux d'infrastructures et d'extension ;
    - anticiper sur le renouvellement des équipements, la réorganisation des procédures, la formation des personnels et que des évaluations sérieuses soient menées.

  • Stopper la concurrence déloyale entre les modes

    France Nature Environnement - 24 Août 2018 - 12h50

    L'élaboration d'une politique de mobilité durable et l'orientation du choix modal en fonction de la pertinence et de la performance de chaque mode de transport requiert au préalable de mettre à plat de l'ensemble de ces modes. France Nature Environnement milite pour que soit mené un travail exhaustif de comparaison des coûts de tous les modes, qui intègre les aides financières perçues directement et indirectement et surtout les externalités.

    La Loi d'orientation des mobilités (LOM) représente l'opportunité d'inciter à l'intermodalité air/rail, de quitter ainsi le stade d'expérimentations afin de développer enfin un vrai mode combiné, avec une prise en charge origine-destination. Pour cela, l’État doit favoriser l'émergence d'une logique coopérative entre les acteurs et les collectivités :
    - trouver une combinaison équilibrée entre route, rail et air ;
    - mener une réflexion sur les parkings qui contribuent à l'imperméabilisation des sols (souvent oubliés des externalités).

  • Comment redynamiser le transport aérien français : Contribution de Arthur D. Little aux Assises

    Charles Pinard - 22 Août 2018 - 15h12

    Diagnostic de la performance du transport aérien français, challenges à relever et pistes à explorer pour restaurer sa compétitivité

    Pour accéder au rapport complet, c'est par ici :

    http://www.adlittle.fr/en/node/22900

  • Une abolition des taxes aéronautiques diminuerait le prix des billets et augmenterait le PIB de la France

    Airlines for Europe A4E - 24 Juillet 2018 - 09h50

    L’abolition des taxes aéronautiques en France diminue le prix des billets et a un effet positif immédiat sur les consommateurs et l’économie en Europe en rendant le transport aérien plus abordable, améliorant la connectivité et stimulant la performance économique.

    Une récente étude de PwC (2017) démontre que l’abolition des taxes sur les voyages aériens dans l‘Espace économique européen (EEE) entraînerait une augmentation du PIB de €12 milliards d‘ici 2020 et créerait 58 000 emplois d‘ici 2030.

    Le tourisme dans l‘UE augmenterait également, avec 16,8 millions de nouveaux arrivants d‘ici 2020.

    Il existe actuellement trois taxes différentes sur les passagers aériens en France. L‘étude de PwC montre que l‘élimination de ces taxes augmenterait immédiatement le PIB français de €1,6 milliard par an d‘ici 2020 et €2,5 milliards par an d‘ici 2030.

    Ces retombées économiques seraient également bénéfiques pour l‘emploi, ajoutant 8 900 nouveaux emplois à l‘économie française
    d‘ici 2030.

    CBARBE
    Je vous invite à consulter l'avant dernier exemplaire de courrier international qui traite du tourisme de masse. Vous semblez peu vous soucier de l'environnement. 9000 emplois face à 1 million de riverains impactés, est bien raisonnable. Reste également à vérifier vos sources car les créations d'emploi sont très très souvent surestimées.
    • Pas d'accord
      0
  • Fiscalite

    Boxster330 - 19 Juillet 2018 - 16h16

    La fiscalité des compagnies aériennes est déjà avantageuse sur le kérosène et autres.
    Les redevances aéroportuaires s’appliquent également sur les avions qui atterrissent et décollent en France.
    Cela ne crée selon moi aucun biais de competitivite entre les compagnies.

  • Rendre la concurrence loyale

    JC77 - 07 Juillet 2018 - 15h11

    Less transporteurs aériens français souffrent d'un déficit concurrentiel du fait du poids de la fiscalité française comparée à celle de ses concurrents européens (et je n'évoque même pas les compagnies du golfe qui bénéficient d'une fiscalité proche de zéro). Pour donner un ordre d'idée, (selon les responsables d'Air France) la différence de traitement fiscal entre Air France et KLM (sa compagnie sœur) représenterait plus de 300 millions d'euros

    Nos responsables politiques doivent rapidement réagir en baissant la fiscalité qui pèse sur l'ensemble des acteurs français du transport aérien : TVA (augmentée en 2014), frais de sûreté, taxe Chirac, redevances aéroportuaires plus élevées pour les Cies Françaises.... Sans quoi il y a fort à parier que d'ici une dizaine d'année la France voit l'ensemble de son pavillon disparaître.

  • Suppression de la taxe Chirac

    Lo502 - 04 Juillet 2018 - 10h34

    Bonjour, il serait temps de supprimer cette taxe inique qui est un échec flagrant et représente 70M€ rien que pour Air France en 2016 ! ,( les pays contributeurs sont la Corée, le Chili, la RDC, le Cameroun, Madagascar, le Niger, Maurice, le Mali).
    Il faut un moratoire sur cette taxe qui doit être supprimée tant que des accords ne seront pas signés par TOUS les pays.

  • L’état sous perfusion

    Rico - 24 Mai 2018 - 10h51

    Les compagnies aériennes françaises sont en concurrence frontale avec le monde entier : pas de droits de douanes, de frais de transport, de frais de stockage chez les transitaires, etc... Contrairement aux entreprises classiques, elles ne bénéficient d’aucun de ces filtres. En revanche, et comme toutes les entreprises classiques, elles supportent autant le poids de la fiscalité française, parfois plus (taxe Chirac, ADP).

    Lorsque les compagnies françaises auront disparu, des compagnies étrangères reprendront le flambeau. Au gré de leur prise de puissance, elles se laisseront de moins en moins dicter la politique fiscale de la France. Elles rongeront progressivement les dépenses fiscales par l’utilisation plus intensive de main d’oeuvre basée à l’etranger, par le transfer pricing, par des accords ponctuels et spécifiques qui deviendront la norme, petit à petit.

    Par son inefficacité, sa fiscalité, l’état tue sa poule aux œufs d’or. Il perdra beaucoup à terme. Il est irréformable..

J'ajoute ma contribution

Il n'est pas possible de contribuer

Back to top