Sûreté du transport aérien: défis et solutions

Sûreté du transport aérien: défis et solutions

Performance innovation passager | 03 Avril 2018

Le transport aérien est une cible privilégiée pour les auteurs d’actes malveillants ou terroristes, et l’efficacité de la sûreté de l’aviation civile repose sur l’engagement partagé de tous les acteurs. Dans un contexte de croissance continue du trafic aérien mondial, rigueur et anticipation doivent permettre une réponse adaptée à une menace évolutive.

Dans le cadre des Assises nationales du transport aérien, Elisabeth Borne, ministre chargée des Transports, a participé ce jour au lancement de la thématique performance et innovation au service du passager, présidée par Jean-Baptiste DJEBBARI, député de la 2e circonscription de la Haute-Vienne. Cette journée a été consacrée aux enjeux et défis de la sûreté aérienne et a permis de faire le point sur l’état de la menace dans le monde ainsi que sur les innovations proposées aux niveaux national et international.

Amplifier notre capacité à analyser le risque

Crée en 2014 sous l’impulsion du Secrétariat général de la Défense et de la Sécurité Nationale et rattaché à la DGAC, le pôle d’analyse du risque pour l’aviation civiIe (PARAC), composé d’agents des ministères des Transports, de l’Intérieur, de la Défense et de l’Economie et des Finances, est monté en puissance pour maintenir une liaison constante avec les services de renseignement, en interaction avec les opérateurs privés de sûreté.

Adapter nos capacités de détection aux nouvelles menaces

Conformément à nos engagements européens, une nouvelle génération d’équipements de détection d’explosifs dans les bagages de soute («EDS de norme 3») sera déployée dans les plus grands aéroports d’ici à 2020.
D’ici à quelques semaines, le service technique de l’aviation civile ouvrira un laboratoire de tests dédié aux explosifs artisanaux, basé à Biscarosse. 

Continuer l’innovation au sein du programme VISION SÛRETÉ 2

Grâce au programme d’innovation «Vision sûreté» piloté par la DGAC depuis 2014, 28 expérimentations ont été menés sur 5 grands aéroports, conjointes entre l’Etat, les gestionnaires d’aéroports et les industriels. Des avancées concrètes comme le «poste d’inspection-filtrage du futur» automatisé et multiplexé ou des équipements d’amélioration de la détection d’explosifs comme le scanner de sûreté sont des solutions à déployer tout en maîtrisant les coûts. Mais il nous faut être encore et toujours plus ambitieux et c’est  pourquoi la ministre a lancé ce jour une deuxième phase d’expérimentation VISION SÛRETÉ 2, étendue à d’autres acteurs, comme les compagnies aériennes, et à d’autres domaines, comme le fret.

Le mot de la ministre chargée des transports

«La mobilisation des acteurs du secteur à cet évènement démontre combien la sûreté du transport aérien est une préoccupation forte et partagée. Les échanges, pistes de réflexion et les propositions fortes dont nous pourrons tirer profit renforceront la sûreté du transport aérien de demain au bénéfice du passager tout en cherchant à fluidifier au mieux son parcours jusqu’à l’embarquement» a déclaré Elisabeth BORNE.

En savoir plus

Back to top